09 octobre 2010

La haie (banlieue verte)

C'est vrai. Après tout, tu avais raison : cette haie du fond était bien trop haute. Elle mangeait la lumière à ces malheureux rosiers anglais, qui n'en peuvent plus de se hausser sur la pointe de leurs racines pour voir le soleil !  Tu as tranché, fouillé, taillé dans l'entrelacs serré des branches tortes des charmes, du sorbier et des aubépines (aïe !) qui se tressent en son mitan.  Et sagement, mais la tête ailleurs, j'ai ramassé une bonne partie de ce que tu avais laissé. Même après que tu sois rentré dans la... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 19:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 octobre 2010

Guêpes (Banlieue verte)

Les guêpes qui se sont installées dans une crevasse du mur mitoyen cette année sont bien actives, depuis quelques jours. Elles survolent les jardins des environs dans tous les sens, se bousculent à l'entrée de leur colonie. C'est à se demander si elles ne s'apprêtent pas, comme j'aimerais le faire moi-même, à fermer leur maison sur d'amples provisions, le recueillement, la tiédeur et la paix. Tout ce qu'il faut pour passer heureusement les grisailles de l'hiver... 
Posté par Postpapillons à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 octobre 2010

Toits (Banlieue verte)

Le soleil d'automne a pris ses quartiers sur les toits d'en face.  Et les corneilles se sont perchées sur les cheminées pour profiter de l'aubaine. Celle que je vois, droit devant moi, s'étire et se débarbouille, de la griffe et du bec. Elle vient d'étaler, d'un mouvement souple, les plumes de sa queue. Oh, la belle duègne à éventail qu'elle ferait !  On la croirait sortie des enfances de Charles-Quint !  
Posté par Postpapillons à 09:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 septembre 2010

Famenne (Hors les murs)

Un chemin doux, pentu sans excès. La lumière, un peu grasse, se faufile entre feuilles et branchages. Nuages bas dont le ventre traîne, léger, en brumes tendres. Le chemin, quatre femmes s'y promènent.  Les deux premières, la très grande et la plus petite marchent à leur aise, parlant en peu de mots de ce qui les anime, de ce qui leur fit mal, et qu'elles comprennent enfin. Elles sont tranquilles, l'une fume, l'autre a arrêté il y a quelque temps déjà. Elle aime assez cette odeur de tabac, là, en plein air, qui lui rappelle les... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 18:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 septembre 2010

Vivre et encore vivre

De plus en plus, je suis persuadée qu'il y a bel et bien une vie après la maladie. Pas toujours simple, pas nécessairement confortable, mais très dense, "chargée", potentiellement lumineuse.  Ne pas se laisser piéger, surtout, par un "retour à la normale", par une régression dans les circonstances même qui ont débouché sur la catastrophe. Re-vivre, mais autrement, autre chose, dans d'autres lieux et d'autres liens qui feront sens.  Tirer parti de l'élan que je prends pour me sortir du fond bourbeux où je me suis moi-même... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 11:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 septembre 2010

Automne

Maintenant, c'est certain :  l'automne est bel et bien là !  Ce matin, au jardin, j'ai vu le troglodyte,  promenant le point d'exclamation de sa queue en trousse-pet  et le zézaiement flûté de ses commentaires,  de la haie au poirier, du poirier au lilas,  du lilas aux rosiers, des rosiers à la haie... 
Posté par Postpapillons à 08:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 septembre 2010

Les second(e)s (Banlieue verte)

Il est des jours où, dans mon quartier, je me mets en route pour aller chercher, vite fait, du pain chez la boulangère. Et j'en reviens parfois, beaucoup plus tard. Certes, munie de mon pain, mais aussi lestée de confidences trop lourdes pour un seul cabas. Et qu'on déverse chez moi...  Je suis rentrée ce tantôt, le pied lourd et la tête au soleil, chargée du récit de la perte d'un être chéri en silence, aimé dans le secret et dont on n'a pu dès lors avouer le regret, si poignant qu'il puisse être. Surtout pas chez soi, dans son... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 14:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 septembre 2010

Visiteur (Boncelles)(Hors les murs)

La cuisine du petit déjeuner Au matin, La fenêtre, mieux ouverte que mes yeux, Regarde dehors vers le jardin. Sortant du bois, petits pas guillerets, Un sanglier ne fait que passer, Suivant son groin et son gré. C'est dimanche !
Posté par Postpapillons à 21:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
18 septembre 2010

Lâcher prise ?

N'allez surtout pas croire que "lâcher prise" ce soit nécessairement quelque chose de difficile, de déchirant. Ne pensez pas qu'à tous les coups ça demande un effort. Il suffit souvent de laisser aller. C'est même un soulagement.  Mais il est une tentation, qui y ressemble à s'y méprendre. C'est la folie. Laisser tomber, se laisser sombrer dans la fin de sa recherche de sens. S'enrouler dans les friselis de ses neurones chamboulés. Ca, ou l'alcool, la drogue... Une même mort espérée. Mais la folie ne résout rien. On n'a pas... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 15:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 septembre 2010

Moyens Ages (Banlieue incolore)

Le sida et les cancers. Les pestes et choléras nouveaux. Et ça fleurit et ça s'étale, ça se disperse, ça se répand et ça se montre de plus en plus. Et puis partout. Comme dans cette putain de vieille fable de La Fontaine "Tous n'en mouraient pas, mais tous étaient atteints". Attends, c'était quoi encore le titre ? Ah oui ! "Les animaux malades de la peste"... Une histoire qui finissait mal, si je me souviens bien. Pour le bourricot, je veux dire. Quasi comme maintenant avec les gens, quoi. Tu sais plus ce que tu bouffes, t'as pas le... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 17:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,