Après les papillons...

31 juillet 2016

Honte

Elle fut tôt convoquée à mes côtés par ceux qui m'éduquèrent. 

Depuis, il n'est que peu de jours où je n'ai subi sa morsure ni enduré son venin. 

Posté par Postpapillons à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 juillet 2016

Ah, les mouches !!

Elles se font des excursions romantiques et des arrêts gastronomiques dans la litière des chats. 

Puis elles se font le plan drague et les grands zig-zigs sur la table de la salle à manger. 

Et quand tout est consommé, ces dames vont larguer leur progéniture aux tréfonds de ma poubelle, qui s'anime de reptations pâles, de trémoussements mous, annonçant les zonzonnements de la génération montante.

Vivement l'hiver !  

Posté par Postpapillons à 11:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2016

Soir

Le couchant, j'aurais pu le qualifier d'incendiaire. 

S'il n'avait été à ce point outrageusement rose. 

Rose indien, rose tyrien, rose Barbie... 

En un mot comme en cent : ROSE ! 

Posté par Postpapillons à 22:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2016

GRRRRROUMF!

Il m'insupporte que soit parée du titre "d'humilité" cette résignation geignarde et rampante que les puissants trouvent tellement seyante à ceux qu'ils oppriment. 
Mieux me vaut gueux et plein de morgue que pauvre mais propre... 

Posté par Postpapillons à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2016

Sérieux ?

Depuis quelques décennies sévit une secte de fous furieux. 

Ils affirment que le monde devrait être régi par un "Grand Marché" qui se régule tout seul avec sa "Main invisible". 

Si ce n'était pas tragique, ce serait à mourir de rire... 

Posté par Postpapillons à 12:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 juin 2016

Après l'orage

Les vagues du champ de lin 
Fleuries d'écume bleue 

Posté par Postpapillons à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2016

Horizontal

Goutte à goutte 

Le couchant instille 

Son venin 

Au ciel blafard 

Posté par Postpapillons à 23:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2016

PLoum ploum tralala… l'anomie vaincra (crime d'arson)

Et donc, en ces jours de lassitude et de découragement, où pour un rien les larmes me collent aux cils... 

 

Le chien de plus loin, celui dont le voisin n'a pas voulu, pour la première fois de sa petite vie qu'il était autorisé dans la maison, enfermé derrière quelques portes closes, il en est mort. Malgré les pompiers qui ont essayé de le ranimer quand ils l'ont trouvé dans la maison en feu. 

Un des gamins de la famille l'avait pourtant bien claironné que, trois fois déjà, quand ils avaient dû quitter une maison, elle avait brûlé. 

On avait bien vu, pourtant, que femme et enfants étaient partis en voiture le matin même. On a même vu, au Carrefour du coin, que la femme transportait dans son sac (souvent fouillé, ce sac, hélas!) un lapin et un cobaye, ce jour-là, justement. 

On sait, dans le village, que les chiens de cette famille finissent mal : un décapité à la tronçonneuse et les morceaux jetés en bordure de ravel derrière la maison, un autre abandonné attaché dans une cave d'immeuble vide, et trouvé trop tard pour être secouru, et d'autres dont on ne sait rien... 

Le voisin qui n'a pas voulu de celui-ci quand on le lui a proposé, il a quand même pu l'enterrer. Le petit corps avait été abandonné sur le gazon. Il doit se sentir mal, ce voisin ! Misère... 

Et je me demande s'il n'aurait pas fallu vérifier, aussi, si ce chien n'était pas pucé. Si ce n'était pas un chien volé, arraché par ruse à une famille, un maître qui le pleure en ne sachant pas... 

Famille inéducable, soumise seulement à SA loi, à SES règles. Que faire ? Et quel avenir pour ses enfants, qui ne savent que jouer avec les animaux, et pas les aimer, qui ne connaissent pour langage que l'insulte et l'invective, traitent les voisines de vieilles putes pourries dès qu'ils sont capables de parler, et qu'on n'enverra pas à l'école puisque, à neuf ans "il sait dessiner une carotte, il est assez intelligent" ? 

Désespérer de l'humanité... 

 

 

Posté par Postpapillons à 13:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Pffff...

Commencer déjà à apprécier l'intensité des victoires minuscules que l'âge impose. 

Du petit-déjeûner comme exploit, et de la volée de marches comme Himalaya domestique... 

Et puis, quoi ? 

Posté par Postpapillons à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mai 2016

Ailes

Sur la paume tendue des champs 

Le vol du vanneau huppé 

Posté par Postpapillons à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]