Après les papillons...

03 septembre 2018

Septembre, déjà

Je les vois

Perchées sur les fils électriques 

Elles écrivent

La partition 

De leur chant du départ 

 

 

Posté par Postpapillons à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juin 2018

Les fratries en miettes

Alain, Catherine, Frédo... 
J'ai besoin de vous. Pour apprendre à être ce que je n'ai pas su, ce que je n'ai jamais appris : une soeur aînée. 

Aidez-moi. Demandez-moi, dites-moi. Faut-il que je vous invite tous ensemble autour d'une table ou d'un barbecue ? Ou vous convient-il mieux que nous nous rencontrions en comité restreint, chacun dans son moment, dans son feeling ? 

Aidez-moi. Je sens confusément que vous avez besoin d'une soeur aînée, là où les parents ont fait défaut, là où Anne est partie rejoindre son île. Je sais que j'ai besoin de trouver les miens, là où ma mère avait fait de moi un désert de solitude. 

Nous pouvons nous approcher dans nos communes singularités. Juste, je n'ai pas le mode d'emploi... 

Posté par Postpapillons à 11:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2018

Paradoxe

Les carrières 

Ces ogresses

Généreuses 

Qui nourrissent un terroir

En le dévorant 

Posté par Postpapillons à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2018

Washington, Gaza, Soignies...

Empêcher

Le cours du temps

Et la marche du monde

De faire de moi

Un vieux monstre 

Triste 

Et véhément

Posté par Postpapillons à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2018

Perfection

Un détail suffit 

A me rappeler 

Que mon chien 

N'est pas un rêve 

Mais un vrai chien

Il pue 

Somptueusement 

Je l'aime 

Posté par Postpapillons à 12:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28 décembre 2017

Lucioles

Grisonner... 

Sous la cendre 

Brasille 

Le souvenir joli 

Du temps des amours

Posté par Postpapillons à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2017

Loin des forêts, ou, La nostalgie des halliers

Saule frisotté 

Saule têtu 

Saule pleurnichard 

Comment me contenter 

De votre seule présence ? 

Posté par Postpapillons à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2017

Salades de saison

Après l'angélisme de la première neige 

Le ciel noir 

Lourd de menaces 

Comme le blouson d'un Hell's Angel 

Chargé jusqu'à la gueule

Posté par Postpapillons à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2017

Oniromachie

J'ai huit ans. Ou dix ? Ma mère m'emmène dans la Vanguard, pour aller pique-niquer au Bois de la Cambre. 

C'est curieux : la Vanguard a été vendue quand j'avais cinq ans... et ma mère ne m'a jamais emmenée pique-niquer où que ce soit.

Nous sommes arrivées au Bois. Elle pose une grande nappe à carreaux, comme l'essuie de mineur qui est mon préféré pour m'essuyer les mains quand je les lave à la cuisine, sur l'herbe très verte. Et sort des couverts et une flopée de sandwiches d'un grand panier d'osier. 

Je suis assise en face d'elle. Tout à coup, elle m'arrache une main.

Je la vois faire, je me vois comme si j'étais plus loin, plus haut, avec le poignet qui saigne, et ma main d'enfant sur l'herbe si verte. 

Elle me tend un sandwich. Que je prends de la main qui me reste. Je mords dedans. Elle me lie les jambes, et me bâillonne avec une serviette. Puis elle m'arrache le bras, celui qui n'a plus de main au bout. Ca ne fait pas vraiment mal. C'est juste surprenant. Je ne dis rien.

Le moi témoin continue à regarder sans pouvoir intervenir. Au bout d'un moment, je me vois, complètement déchiquetée, mes morceaux épars sur l'herbe verte, à côté de la nappe à carreaux gris et bleus. 

C'est alors qu'elle me demande, de sa voix la plus tendre, un air de sollicitude inquiète sur le visage, pourquoi je ne finis pas mon sandwich. C'est qu'elle n'a acheté pour les garnir que des choses que j'aime. N'est-ce pas gentil ? Alors, pourquoi est-ce que je ne finis pas mon sandwich ? 

Je me réveille... 

Posté par Postpapillons à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 octobre 2017

Pas à pas

Je sanglote encore de lourds chagrins d'enfance.

Je bouillonne toujours de rages adolescentes. 

Et soupire le désenchantement d'une femme vieillissante. 

Ne serai-je donc sage que morte ? 

Posté par Postpapillons à 09:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,