22 août 2010

Romani (Banlieue grise)

  Il y a bien dix ans que je ne l’ai plus vue. Souvent, je repense à elle. Elle me manque. C’était du temps d’avant. Je vivais ailleurs. Et j’étais au chômage. Pas trop de monnaie en poche, mais la liberté de regarder autour de moi. Sans devoir galoper tout le temps.  Elle faisait la manche sur le parking de la supérette du coin. Un petit magasin un peu cracra, mais sympathique. Moi, comme il fallait toujours que j’oublie l’une ou l’autre chose, ou que je tombe à court d’à peu près n’importe quoi à peu près n’importe... [Lire la suite]

22 août 2010

Manège désenchanté (Banlieue verte)

Je le dis depuis toujours. La vie d’un cheval de manège, c’est les travaux forcés à perpétuité. En plus, pour arriver dans ce manège-ci, fallait vraiment pas avoir de chance. J’ai mis un peu de temps à m’en rendre compte. Il y a des années, j’y venais pour monter. J’ai pas pu me raconter longtemps des histoires : je montais comme une savate. Et il y avait peu de chance que ça s’améliore un jour. Par contre, à l’écurie, pas de problème.  Alors, de fil en aiguille, avec la crise, tout ça… j’ai fini par rester là. Comme... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 15:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 août 2010

Nuit

Posté par Postpapillons à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 août 2010

Le soudard et la marquise

    Grand remue-ménage de jupons bousculés… Et puis, enivré, titubant, tout poudré de jaune, le bourdon émerge des pétales de la rose qu’il vient de prendre d’assaut. 
Posté par Postpapillons à 15:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 août 2010

Ca lui apprendra ! (Banlieue sombre)

Bon, quand on y repense, c’est vrai : il n’y a pas de quoi être bien fière. Je sais bien. Mais qu’est-ce que tu veux, on était plus jeunes de toutes ces années. Remarque, je suis pas sûre du tout que je referais pas pareil.   Ca a commencé par un truc con. Triste et con. Mais alors d’un con… La copine, elle revenait d’une soirée. Toute seule. A pinces. A cette heure-là, fallait pas rêver, tu n’avais plus la moindre chance de trouver un bus qui roule. Ca faisait beau jeu qu’ils faisaient dodo dans leur dépôt, les... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 15:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 août 2010

Bruxelles (Coeur de ville)

Bruxelles. Place de la Monnaie. Une fin d’après-midi. Sans doute l’automne. Enfin, je crois. Il pleut. A verses. Tout le monde se hâte, retour du boulot, avec déjà en tête le repas de ce soir, l’émission à la télé. Tout le monde…  Sauf, en plein mitan de la place, sous le déluge, un couple. Agrippés l’un à l’autre, ces deux-là s’embrassent à gueule-que-veux-tu. Eperdument. Ils sont assez jeunes encore, de ce début de  quarantaine qui commence à relâcher imperceptiblement les traits. Cet âge fragile où la peau commence à... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2010

La terre

Aux rabat-joie, aux prosaïques, aux grincheux qui enjoignent au poète et au rêveur de garder les pieds sur terre, il n’y a qu’une seule réponse.  C’est que, nonobstant ses reliefs affirmés, sa pesanteur certaine et sa notoire rotondité, la Terre est un corps céleste. Et doit le rester !  En plus, malgré une rassurante régularité, elle fait sa révolution tous les ans…  
Posté par Postpapillons à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 août 2010

Au parc

Au parc,  assise dans un massif, je rêvasse. Derrière moi, tout proche, un rat se lisse les moustaches.    In het park zit ik  midden in een bloemperk te mijmeren. Achter mij, heel dichtbij, wast een rat zijn snorharen.  
Posté par Postpapillons à 14:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 août 2010

Ce chien ! (Banlieue ocre)

Ma vie est bonne, j’aurais tort de m’en plaindre : mon mari, même s’il grogne beaucoup, est un homme bon ; mes enfants sont en belle et bonne santé. Mon ménage est prospère, nous vivons dans une bonne maison, tout à côté de l’atelier du bronzier. Il me semble que le culte que je voue à Epona y est pour quelque chose. C’est la déesse que nous vénérons dans ma famille à moi. Il faut dire que mes parents étaient éleveurs de chevaux. Des bêtes saines, intelligentes et si calmes qu’on peut les confier à des enfants. Mon plus... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 août 2010

Je veux la beauté

Je veux la beauté.  Ici. Maintenant. Tout de suite.    Je veux la trouver, où qu'elle se cache.  J'ai dressé tout exprès les mille chiens de mon attention forcenée à la débusquer,  à chercher sa trace derrière l'affligeante banalité que notre temps nous sert par charretées.    Je la veux. Ici. Maintenant. Tout de suite.    Je veux aller à mains nues chercher ses fruits les plus brillants au coeur de l'inextricable roncier des laideurs quotidiennes.    ... [Lire la suite]
Posté par Postpapillons à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,